Neutre pour le climat
Matériaux durables
Livraison gratuite à partir de 200 €
Commande d'échantillons

Canne à sucre

L'extraction du suc de la canne à sucre produit un résidu fibreux : la bagasse. Ce qui pourrait être un déchet pour certains constitue pour nous un sous-produit naturel. Avec de l'eau et un liant naturel, on peut fabriquer de la vaisselle en bagasse (aussi appellée vaisselle en canne à sucre).

La canne à sucre, qu'est-ce que c'est ?

La canne à sucre (Saccharum officinarum) appartient à la famille des graminées et pousse dans les régions tropicales et subtropicales de notre planète. Ces plantes peuvent atteindre environ 3 à 6 mètres de haut et leur tige mesure 2 à 4,5 cm de diamètre. Et c'est là, au cœur de la tige que se cache ce qu'elle a de plus précieux : son sucre (principalement du saccharose). C'est à lui qu'elle doit non seulement son nom mais aussi sa popularité dans le monde entier : elle fournit à elle seule la part la plus importante de matière première servant à produire le sucre (raffiné). Pour cela, les plantes de canne à sucre sont récoltées et pressées pour en extraire un moût, qui sera ensuite transformé en sucre brut ou en jus de canne à sucre, appelé vesou. 100 tonnes de canne permettent de produire environ 10 tonnes de sucre et pas moins de 34 tonnes de bagasse, une matière première qui nous est précieuse. Cependant, au lieu de détruire ces « déchets », nos producteurs les valorisent en fabriquant des articles jetables écologiques.

La bagasse – qu'est-ce que c'est ?

On appelle bagasse, les résidus végétaux fibreux qui restent après le passage au pressoir de la canne à sucre pour produire le sucre. Ils sont généralement composés de 40-60 % de cellulose, 20-30 % d'hémicellulose et envrion 20 % de lignine. On trouve surtout de la bagasse dans les pays où l'on produit beaucoup de sucre, comme le Brésil, la Chine ou la Thaïlande.

Bien qu'elle soit ce que l'on appelle un coproduit, elle n'est souvent considérée et traitée que comme un déchet. En effet, elle fut longtemps employée principalement comme combustible dans les ateliers de production. De nos jours encore, une partie de la bagasse continue d'atterrir dans les fourneaux des fabriques. Cependant, depuis que l'Homme a commencé à recycler les matières, la bagasse fait elle aussi l'objet d'une valorisation. Elle est aujourd'hui utilisée pour fabriquer des matériaux de construction, des produits d'emballage et de la vaisselle jetable. Et jusque dans l'industrie du papier, où les fibres de canne à sucre remplacent en partie la production issue du bois, notamment pour des serviettes, du papier toilette et des cartons. Le paragraphe suivant vous détaille pas à pas les étapes de transformation des fibres de bagasse en articles jetables écologiques ecobiopack.

Étapes de production des produits en bagasse

  1. Les fibres de canne à sucre résiduelles sont stockées en conditions humides afin d'éliminer les restes de sucre et les courtes fibres de pulpe, qui pourraient empêcher la suite du traitement de la bagasse.
  2. Celle-ci est ensuite mélangée à de l'eau dans un mixeur, jusqu'à obtention d'une masse pâteuse.
  3. On y ajoute des liants naturels et des agents blanchissants biodégradables. Cette étape peut être l'occasion d'ajouter d'autres ingrédients. Cependant, comme nous souhaitons obtenir le produit le plus naturel possible, nos fabricants se limitent au strict nécessaire !
  4. La pâte est versée dans un moule et amenée à la forme voulue, sous l'effet d'une pression et d'une température élevées.
  5. Et voilà ! Les assiettes, bols et barquettes menu ecobiopack sont prêts à vous être expédiés et à servir dans votre entreprise.

Les grandes caractéristiques de la bagasse

  • Très stable, robuste et peu flexible
  • Bonnes propriétés thermiques : résiste aux températures de -25 °C à 220 °C
  • Imperméable et résistante aux graisses : convient aux plats chauds et très gras ou huileux
  • Totalement biodégradable et compostable
  • Élimination neutre en carbone

Durabilité : un circuit complet de la nature à la nature

La canne à sucre est une ressource très rapidement renouvelable, qui ne nécessite pas de raser des forêts. En effet, la bagasse étant un coproduit de la fabrication du sucre, elle n'utilise pas de surface de culture supplémentaire et n'a aucun impact sur notre patrimoine forestier. Au contraire : c'est même une alternative écologique à la production de papier traditionnelle, car le processus de transformation de la bagasse en papier est beaucoup moins gourmand en énergie. Après utilisation, les produits issus de la canne à sucre finissent à la poubelle ou encore dans la nature. Parce qu'ils sont biodégradables (certification selon EN13432 ou US ASTM), ils se désagrègent cependant relativement vite pour devenir de la terre. Cette terre peut à son tour servir de terreau ou d'engrais à de nouvelles plantes, et la boucle est bouclée.

Mais, comme nous l'avons déjà dit, la bagasse n'est pas seulement utilisée pour produire des articles jetables. Les usines l'emploient souvent comme combustible. Ce procédé est cependant considérablement plus respectueux de l'environnement que la combustion de matières fossiles. En effet, les sources d'énergie fossiles rejettent non seulement du CO2 mais également des substances polluantes et toxiques, comme du monoxyde de carbone et des particules fines. La combustion de bagasse est, elle, neutre en CO2 car elle ne rejette que la quantité de CO2 absorbée par la plante au cours de sa croissance.