Neutre pour le climat
Matériaux durables
Livraison gratuite à partir de 200 €
Commande d'échantillons

La compostabilité d'après les normes EN 13432 et NF T51-800:2015

Bei unseren Verpackungen sprechen wir oft davon, dass sie biologisch abbaubar nach DIN 13432 bzw. EN 13432 sind. Aber was geNous disons souvent de nos emballages qu'ils sont biodégradables selon la norme EN 13432. Mais que signifie vraiment la fin de cette phrase ? Pour vous éviter d'aller éplucher des textes de normes longs et ennuyeux, nous vous avons résumé l'essentiel de ce que vous devez savoir.

Qu'est-ce que la norme EN 13432 ?

La norme EN 13432 décrit un processus normalisé en Europe (EN). Celui-ci vérifie la compostabilité d'un emballage. La norme est entrée en vigueur dans tous les états de l'UE, le 31.03.2021 – une ordonnance similaire avait déjà cours en Allemagne depuis décembre 2020. L'organisme responsable de la certification en Allemagne est le DIN CERTCO (l'organisation de certification de l'institut allemand de normalisation DIN). Pour obtenir la certification, un emballage doit être soumis à cinq procédures. Toutes les parties de l'emballage doivent passer et réussir les tests. Le paragraphe suivant vous explique en quoi ils consistent.

Les 5 étapes de certification de la compostabilité

  1. La première étape a pour but d'établir la liste exacte des ingrédients de l'emballage et de vérifier que la teneur limite en métaux lourds est bien respectée.
  2. Une fois ce premier test passé avec succès, l'étape n° 2 contrôle si l'emballage est biodégradable. Pou cela, il faut prouver que 90 % de la matière organique à été transformée en CO2, après 6 mois dans un fluide/environnement aqueux.
  3. Au cours de l'étape n° 3, on vérifie la compostabilité. Si, après 3 mois de compostage – suivi d'un passage au tamis très fin – il reste moins de 10 % de la masse orignale de l'emballage, celui-ci est déclaré compostable.
  4. À l'aide d'un test pratique, on établit également, à l'étape n° 4, si le compostage de l'emballage a eu ou non des effets négatifs sur l'ensemble du processus de compostage.
  5. La procédure de vérification se termine à l'étape n° 5 par un double test – un test agronomique et un test d'écotoxicité. Un quoi ? Le premier évalue l'impact du compost issu de l'emballage testé sur la croissance des végétaux (agronomie = optimisation de l'agriculture). Le second établit si ce compost contient d'éventuelles substances toxiques.

Un emballage ne peut recevoir sa certification qu'après avoir franchi ces cinq étapes avec succès.

Le principe d'engagement volontaire

Ce processus de contrôle et de certification repose sur une base volontaire de la part du fabricant et n'est légalement obligatoire ni en France ni dans le reste de l'Europe. C'est la raison pour laquelle il existe à l'heure actuelle à l'échelle de l'Europe des règles très variées pour l'utilisation et surtout l'élimination ou la valorisation des produits plastiques biodégradables. Vous trouverez généralement les informations concernant les règlementations de chaque état en consultant les entreprises de certification nationales.